• Comportement et discipline

    Comportement et discipline

  • Oui, il faut aider les parents à élever au mieux leurs enfants. Oui pour mettre des moyens financiers pour l'éducation, la culture...Oui on se doit de les rendre forts, de leur donner confiance en eux...

    Mais attention à ne pas en faire des enfants-rois ! Il faut leur apprendre le respect d'autrui, de ses parents, de l'adulte en général et envers ses pairs. Tout ne lui est pas dû !

    Un article sur la Suède tire le signal d'alarme sur les revers d'une telle perfection dans l'aide à la famille et l'éducation. élever des enfants trop dans un cocon n'est pas bon du tout.

    http://www.slate.fr/monde/83599/suede-generation-education-enfant-roi

    La Suède, un modèle ?

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • S'intéresser et s'adresser directement à l'enfant, le prendre à partie et l'impliquer à son niveau, dans les projets de la famille. Le traiter avec respect sans oublier pour autant notre rôle d'éducateur. Valoriser l'enfant .

    • "Je vois les choses ainsi et toi qu'en penses-tu ?"Les mots qui font grandir la confiance en soi
    • "Dis-moi, comment on pourrait faire, as-tu une idée ?"
    • "Viens, nous allons le faire ensemble."
    • "J'aime être avec toi."
    • "Tu apprends vite."
    • "Merci."
    • "Je te demande pardon."
    • "Nous avons tous, des moments, où on fait des bêtises. "
    • "Te plairait-il de dessiner avec moi ?"
    • "Oui, je suis entièrement d'accord avec toi."
    • "Raconte-moi ...

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    7 commentaires
  • Mots ou phrases à ne pas prononcer devant peur, colère, angoisse…

    Bienveillance de rigueur, à la maison comme à l’école !

     Nous ne devons pas juger le comportement d’un enfant  et encore moins le faire devant lui  et sans l’inclure dans la conversation.

    Il y a des règles de vie qui on été vues et sont revues avec l’enfant, régulièrement et se complexifient avec l’âge. Si il y a crise, on ne doit pas juger, ni pour autant nier la peur ou l’émotion ressentie. Il est bon de mettre des mots sur ce qu’il ressent et l’aider à surmonter, en lui donnant des pistes. ...Rester ferme et bienveillant . Avec la fatigue, nous sommes tous tentés d’utiliser des phrases qui marquent mais qui malheureusement font beaucoup de dégâts chez les jeunes enfants et entament gravement leur estime de soi. Un enfant a besoin pour se construire et être fort et bien équilibré, d’une bonne confiance en lui et  donc qu’on lui fasse confiance, qu’on le respecte pour qu’il respecte autrui à son tour.

     Mots ou phrases à ne pas utiliser

    Il faut  donc à tout prix éviter le déni:

    • Il n’y a aucune raison de pleurer pour si peu !
    • Arrête de faire ton malheureux !
    • Quelle comédienne !

    Ne pas consoler en changeant de sujet:

    • Bon calme-toi ! Que veux-tu que je t’achète ? Je veux un gentil petit.

    Ne pas chercher à faire honte:

    • Tu es ridicule, arrête ça !
    • Tu n’es pas beau quand tu fais ta crise !
    • Tu n’as pas honte à ton âge ? Quel bébé !

    Ne pas faire culpabiliser:

    • Qu’est-ce que je t’ai fait ? Tu crois que je mérite ça !
    • Stop ! Tu me rends malade !
    • Après tout ce que je fais pour toi ! Tu es trop gâté !

    Ne pas jouer avec la menace:

    • Arrête tout de suite de pleurnicher où tu vas vraiment le regretter !
    • Si tu continues, je vais me fâcher !
    • Tu as intérêt à te calmer vite fait si tu ne veux pas être puni.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Le besoin de s'affirmerLes caprices, besoin de s'affirmer, apprendre à connaître ses limites.

    Vers 2 ans, l'enfant commence à vouloir devenir autonome. Il commence à s'affirmer, il exprime ses désirs et volontés sans connaître encore ses propres limites ainsi que celles des autres. C'est une période difficile avec de nombreuses confrontations avec son entourage.

    Il n'est pas toujours facile de faire la distinction entre un caprice et un besoin réel lors d'une crise. Il faut essayer de comprendre le pourquoi de ses cris, pleurs ou refus; Est-ce de la fatigue, une peur, une inquiétude? Peut-être suffit-il de le rassurer...

    Quand on refuse de satisfaire la demande d'un enfant, il faut lui expliquer pourquoi. Il est important aussi de lui dire que malgré notre refus on comprend très bien qu'il soit en colère.

    Pour limiter les frustrations, il faut laisser à l'enfant quelques solutions de replis. Par exemple, ce jouet n'est pas disponible car en réparation, mais le nouveau jeu, lui, est prêt à être testé...Prendre des décisions aide les enfants à développer une certaine autonomie et la confiance en lui.

    Les caprices, besoin de s'affirmer, apprendre à connaître ses limites.

    Apprendre à connaître les limites

    Les caprices ne sont jamais pour nous contrarier ou nous embêter. Avant 5 ans, l'enfant teste les limites pour apprendre à les connaître. Il est bon de répondre aux besoins de l'enfant mais pas à tout ses désirs. Habituer un enfant à être satisfait dans tout ses souhaits, c'est lui assurer un avenir difficile. S'il lui suffit de crier ou pleurer pour avoir ce qu'il veut, ce sera le conditionner dans le système de l'enfant-roi.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire